Thèmes

amis amitié amour art article aventure bande belle blog bonne cadeau cadeaux

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· à découvrir (39)
· Citations et proverbes (30)
· Critiques (37)
· écrire (13)
· Humeurs (30)
· Il parait que ...... (25)
· Lire (17)

Musique
Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Paul Verlaine : Mon rêve familier
· il faut cultiver notre jardin, disait notre ami Candide
· Uglies, de Scott Westerfeld
· noix de saint jacques à l'oseille
· parce que j'ai été charmée par ce cheval ...

· quand t'as envie d'pisser ... ?
· le bonheur, c'est simple comme un coup de fil !
· hypocondriaque
· la rentrée, c'est le nouveau Titeuf !!
· quand l'intelligence rencontre ...
· j'suis qu'une fille d'ouvrier !!!
· "l'affaire Mormon" de Franck Gordon
· Adage chinois
· citations de fin de semaine
· La prochaine foie ........

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 09.09.2008
Dernière mise à jour : 05.06.2012
228 articles


De la supériorité du cheval sur le vélo !

Publié le 08/08/2011 à 10:29 par lireetacrire Tags : cheval cul histoire moi fille bonne
De la supériorité du cheval sur le vélo !

Il y a quelques jours ... hum ... s'maines, soyons honnêtes, j'ai chu avec la grâce de la fiente d'hirondelle sur mon séant ... et j'eus .. MAL !

En gros, j'étais à cheval sur mon bidet , quand soudain , pif paf , ...ENFIN, bref .. BOUM !

Tombée sur le cul !

 

Vous m'connaissez, il eut mieux valu qu'il s'agissât de la tête, ça n'eut rien abîmé ! Tandis que là , mon séant ... imaginez l'ampleur du désastre !

 

Bref, revoilà trèèèèèèès peu de temps que je m'autorise quelques activités avec mon popotin .. Que les esprits tordus et torves ,les regards bovins, les ricanements graveleux aient honte et rentrent fissa dans leur tanière , je parlais vélo et cheval !

 

Donc, hier, que je vous narre mes mésaventures  ( vous allez les adorer !) , nous partîmes cinq cent et par un prompt renfort ... non , non , non, cid une n'autre histoire , ceci !

 

Nous partîmes six ! Enfin, Sept avec Kansas ! et moi, enfin ... amoureusement lovée au creux de ma grosse selle de cuir ... !

Les mômes à bicyclette râlaient comme des cochons, ce qui n'a rien d'étonnant .. boue, montée, bois en travers du chemin ! Bref, balade en forêt ( humide, ok )

 

Et pour varier les plaisirs du cul ( même avertissement aux esprits tordus !) je décidai tout de go et nonobstant mon plaisir évident de monter à nouveau à ch'val de procéder au chemin du retour à bicyclette et ainsi de céder mon canasson pie et ma selle western ( vous voyez bien qu'il n'y avait rien de X ...on n'était que dans la gamme du W ) à ma petite fille qui sait monter, elle !

Sauf sur une selle western ! Mais ça , ça ne se discute pas !

 

Je pris donc avec une joie mal dissimulée son vélo, tandis qu'elle se hissait avec force jurons sur ma grosse selle hyper confortable qu'elle déteste !

" oui mais Cassi, j'ai encore un peu mal au cul et me tenir au galop , ça est encore un peu difficile pour moi , au vu des douleurs qui restent ! et il faudrait qu'il puisse se défouler un peu !"

 

Le calcul n'était pas hyper bon, parce que si pour ma part, j'ai du mal encore à galoper eu égard à quelques douleurs restantes ... Cassi , elle, ne sait guère galoper en selle W ! Néanmoins, ça n'a pas eu l'air de gêner Kansas qui partit , presque léger dans un petit galop de la joie , enjambant bien mieux qu'à son habitude les bouts de bois des chemins forestiers et gambadant de bonne humeur sous les fraîches frondaisons !

 

Et moi, heureuse d'être à vélo , je découvrai avec stupeur que finalement .... mon cheval enjambait bel et bien les bouts de bois .. mon vélo , non !

Première tentative de gamelle par ce traitre de vélo

Et je découvrai aussi avec stupeur que mon ch'val passe fort bien dans les flaques d'eau profondes et boueuses .... et que mon vélo, lui , c't idiot , n'analyse nullement la situation et m'y fait sauter à pieds joints dedans !

Deuxième tentative d'attentat à ma propreté naturelle  par ledit deux roues !

 

Bref ..... le cheval a une intelligence supérieure au vélo !

Même le hongre VERSUS le VTT !

 

Franchement, ... RIEN A  VOIR !!!!!!



" Dieu est un pote à moi " de Cyril Massarotto

Publié le 05/08/2011 à 11:19 par lireetacrire Tags : histoire dieu vie roman humour tendresse livre amour lecture amitié moi coeur message
" Dieu est un pote à moi " de Cyril Massarotto

Voilà tout à fait le genre de romans que j'aime , que j'admire et que j'aurais adoré écrire.

L'histoire ? inutile de vous la narrer ... sachez juste que le héros a une vie des plus banales et qu'un jour , il se fait un nouveau copain  .. Dieu !

Drôle...presque bateau!

Après tout , on connait tous quelqu'un ou même plusieurs personnes proches de Dieu, lui parlant.

Sauf que voilà , ce personnage est vraiment ami intime avec Dieu .

Ce qui donne lieu à quelques scènes et passages à la fois drôles et suprenants.

J'ai lu pas mal de commentaires sur le net sur ce petit roman dont je ne soupçonnais pas la richesse .

Emotion, humour, tendresse reviennent massivement .

 

Oui, c'est vrai, c'est un livre bourré d'émotions, de tendresse, d'amour , d'humour et de jolis moments tout simples .

MAIS ce que je retiens, c'est la formidable écriture et la structure très prenantes .

Nous lisons là un livre qui s'appuie fortement sur la grande simplicité quotidienne d'une vie comme tant d'autres pour en extraire, tel le meurtrier du " Parfum" la substantifique et trop souvent oubliée moelle : on s'aime et on se rencontre, on oublie presque que cela fait partie du magnifique agencement de la vie et que tout cela tient par la magie de l'amour .

Dieu n'est pas le personnage central de ce roman comme il pourrait apparaitre à la première lecture . Si tel est le cas pour vous quand vous lirez cette histoire d'amitié et d'amour ,  relisez le roman.

 

Encore que .....  On peut en faire différentes lectures et se laisser toucher différemment  : pour moi , ce livre parle de la magie extraordinaire de la vie dans tout ce qu'elle a de plus simple, de plus banal , dans les miettes d'or qu'elle nous donne , toujours , au quotidien, malgré tout .

Si on en fait une lecture plus légère, se laissant caresser la joue par les mots et l'histoire et non pas toucher le coeur par le message profond, c'est un formidable roman d'amour et d'amitié, de vie qui se déroule avec ses misères et ses joies, ses erreurs et ses fâcheries.

L'écriture simple et presque quotidienne est mise au service de cette dualité : léger et profond à la fois !

 

Prenez, lisez et faites en ce que vous voulez : Tutoyez Dieu si vous le voulez ou taillez le bout de gras avec le héros ...

 

Ce livre est un miroir de la vie , vous en êtes le lecteur et tout est mis en place, de la structure linéaire idéale pour le déroulement d'une vie à l'écriture en apparence simple .

 

Ca prend aux tripes , ça émeut le coeur et ça remue les méninges !

 

Chapeau ....

 

 

sauvons la couille !

Publié le 10/06/2011 à 11:27 par lireetacrire Tags : couille patrimoine femmes homme coeur

Voyez vous , j m'disais par devers moi que ce serait bien comme ça , de rencontrer à nouveau par hasard quelques hommes !

 

Evidemment, vous allez m'dire tout de go et sans réserve " Claire, regarde autour de toi "

Bien sûr, vous n'avez pas totalement tort ! Je vois bien qu'il y a des gens qui n'ont pas le même genre que moi!

Ce n'est pas plus mal !

Mais j'aimerais tout de même attirer votre attention sur la couille. Patrimoine jusque là mondial, principalement français ( allez hop, un bon coup de chauvinerie à la noix ) , la couille est ce petit instrument de plaisir qui permet à un mec de taper du poing sur la table , avec ou sans raison, d'ouvrir sa grande bouche quand on met un peu trop de temps à le servir à la charcuterie et à inventer pleïade de noms d'oiseaux quand on sait pas faire un créneau !

 

Or, depuis quelques temps, permettez moi d'attirer votre attention sur le fait qu'un certain égarement de la couille se fait constater !

 

Aaalors, on se calme tout de suite, avec de s'emballer , je ne fais pas ici l'éloge de la basse méchanceté, de l'agressivité à la noix ...

 

simplement, me disais je , où sont passés les hommes ? les mecs, avec des poils ? Les agents secrets, les aventuriers, les gangsters, les drôles , les fumeurs de cigare ...?

 

Et donc, réflexion poussée encore un peu , je me disais que la révolution sexuelle ne nous avait pas apporté l'égalité hommes femmes ( Ouuuuuuuuffff ! ) mais nous avait ôté le plus beau de l'homme ...: la couille !

 

Et ça , permettez moi de vous l'crier comme mon petit coeur de nana le crie ..... : C'EST VRAIMENT MOCHE !!!

 

Alors , un homme , un vrai, un poilu , un dur , un tatoué ... moi, j'dis ...c'est pas si mal !

 

j'veux

Publié le 01/05/2011 à 13:52 par lireetacrire Tags : douceur amour prénom
j'veux

j'veux tes mots d'amour

j'veux ton corps contre le mien

j'veux tes lèvres goûtant ma bouche

j'veux ton rire amoureux du mien

J'veux mes mains caressées par ta peau

j'veux donner la couleur de mes yeux aux tiens

j'veux mouiller ta nuque

j'veux colorer mes journées de ton prénom et mes nuits de ton amour

J'veux tes projets sur ma route et ton rire comme écorce pour mes tripes

j'veux ta douceur comme maîtresse et tes nuits pour rêver,

j'veux ta force pour marcher

J'veux pour sentier ton dos et pour égarement tes soupirs

J'veux que mes journées commencent par le même lever de soleil .....

l'amour ne dure que vingt ans

Publié le 08/12/2010 à 10:05 par lireetacrire Tags : femme film
l'amour ne dure que vingt ans

Pour lui, ce matin avait une saveur amère. Même si les Docteurs, l’Etat et la philosophie, toutes les études le recommandaient , comment allait-il changer d’amour ? Comment allait-il cesser de la voir, de la toucher, de la bousculer parfois, de l’aimer, au jour le jour ?

Comment allait-il se passer de son parfum sur l’oreiller, de ses cheveux dans le lavabo, de son rire devant un film trop bête, de son souffle quand elle peine à vélo, de ses cuisses contre lui, de son nez froid dans son cou quand elle veut se réchauffer ?

Comment oublier ses pieds qui tapotent sous la table du restaurant quand le serveur met trop longtemps à les servir ?

Comment allait-il pouvoir s’attacher à une autre femme ? A une autre maison ? Quels souvenirs allait-on lui proposer de se faire ?

 

Et pendant que son esprit embrumé cherchait une porte de sortie, il l’entendait chantonner comme si cette journée pouvait être si douce. Lui vivait un enfer défendu et elle chantait.

et dans mes veines .. plait à certaines lectrices !

Publié le 29/11/2010 à 10:01 par lireetacrire Tags : article blog

Ici et maintenant

Publié le 21/11/2010 à 11:11 par lireetacrire Tags : amour coeur homme femme anime enfant chien prénom

l'odeur des beignets, l'âcre odeur humaine exhalée des aisselles, les crottes de chien , la foule immense m'oppressent et me caressent.

Ma solitude s'ivresse parmi les autres de mon espèce.

C'est chouette, seule ici, parmi cette foule qui se presse, lentement, sûrement, vers les marchands du temple, les faiseurs de bonheur d'un instant, les douceurs d'après midi .

 

J'inodore dans cette marée d'odeurs, je ne pense pas, je me laisse porter.

 

Où je vais, je l'ignore, mais la foule qui piétine le bitume trempé et sale le sait, elle.

Un gros banc de poissons, ma foi , se porte, lascif jusqu'à moi et me détourne.

 

Je ne suis seule que depuis quelques heures. Il est parti, a rejoint sa terre, sa femme, son fils et son soleil à lui.

Je ne suis même pas désespérée. Je suis juste seule parmi la foule, immobile dans le mouvement .

 

Que sens-je? Quels sentiments m'assaillent?

C'est insensé, je suis portée vers là , vers là bas , après les ébats, après l'âpre victoire de l'amour sur le temps, toujours malmené.

je le savais qu'il partirait, c'est toujours comme cela avec un homme marié, père de famille, loin. C'est son coeur qui est loin. Ses bras peuvent être à moi mais son coeur, lui , est à elle, encore un peu, encore trop .

 

Je renifle l'odeur de la masse vivante, unité mouvante qui me caresse et m'oppresse.

Autour de moi, presque en moi, la foule s'anime, s'agite un peu, me pousse.

 

Tout cesse.

Un souffle, une panique , la place se vide, comme une paire de couilles qui attendait depuis trop longtemps . J'aspire.

J'aspire à grandes goulées l'air soudain léger.

 

Je tombe et me redresse. Au milieu de nulle part, un homme, une femme, un enfant  et la foule , mal contenue, mal entendue, complètement distendue.

 

Il est là, sous la lumière des réverbères dégoulinants, foulant des mégots rabrougris, tenant la main de sa femme et de son fils.

il est là . N'y a t il rien de plus stupide et inutile que de retrouver au milieu d'une foule anonyme le prénom tant de fois murmurés, le visage tant aimé ?

 

Son souffle dans mon cou, ses lèvres sur les miennes, son corps contre le mien, ses mots contre mon coeur , ses initiales sur mes bras , nos amours emmêlées en une vaste bagarre et soudain, mes jambes flageollent, je l'aime, je le pense et je le vis .

 

Je regarde son dos, il lâche la main haïe, pivote sur lui même, je cours vers lui, m'élance comme l'assoiffée sur l'oasis, il est mon désert des jours de pluie et la bruine de mes jours brûlants.

 

J'avais oublié que j'avais soif, il m'a désaltérée, j'avais oublié que j'avais faim et il tient ma main

douleur

Publié le 14/11/2010 à 22:32 par lireetacrire Tags : chez mort

Je voudrais juste leur dire que c’est trop tard.

Je suis complètement enfermée, muette, coincée et je sais pourtant qu’il n’est plus temps de lutter.

Je le sens, je peux même suivre la désuète procession de la mort.

La maladie n’est rien. La douleur encore moins !

Rien de plus sot que la douleur, n’est ce pas ?

Tout le monde se fait mal. On s’en sort toujours de la douleur, à plus ou moins long terme.

Il arrive un moment où on prend un antalgique, on applique un cataplasme, on desserre son lacet de chaussures ou bien on va chez le dentiste.

C’est d’une banalité à mourir de rire, la douleur. D’ailleurs, si je le pouvais, je me ferais un sadique plaisir d’en rire.

le cortège de novembre

Publié le 14/11/2010 à 22:15 par lireetacrire Tags : coeur animaux mort horreur chat
le cortège de novembre

Voilà l'insondable, l'incompréhensible novembre .

Je m'étais jurée, pourtant, à hauts cris, au coeur même de la mêlée de mes sentiments, souvenirs et autres animaux hurlants , de ne pas en faire mention .

Après tout, novembre, septembre,juin, mars .. n'est ce pas ? Y'a t il un moment plus propice à d'autres pour recevoir du chagrin ?

y'a t il un mois où la tristesse du départ, l'horreur de la mort d'une môme ou le simple et quotidien chagrin de l'absence sont plus supportables ... ?

 

" emmenez moi au bout de la terre, emmenez moi au pays des merveilles ... "

Il parait que la douleur serait moins pénible au soleil !

Il parait, ouais .

 

Mais en fait, je vous le dis novembre ou mars, la flotte qui éreinte nos tripes est la même quand ceux qu'on aime partent, disparaissent, meurent dans d'atroces souffrances, sont fauchés en pleine adolescence , quand c'est même un simple chat qui s'enfuit.

 

Ruelles après ruelles, caves, escaliers, jardins, on a beau les parcourir, on a beau s'y planter, on a beau renoncer au désespoir, on est toujours tous seuls, avec pour seule compagne la tristesse .

 

Alors, voilà, c'était il y a longtemps, c'était il y a un an, juste un an .

Il s'enfuyait, à travers les rues de la ville, ce n'était qu'un chat....

C'était il y a trois ans, déjà , trois longues années, elle était fauchée par un chauffard ... elle était si jeune, elle le sera éternellement . C'était brutal, violent et injuste .On pourra m'dire que c'est la vie, qu'on y peut rien et qu'il aille crever en enfer, ça ne la rendra pas ...

 

C'était il y a douze ans, douze ans déjà . On pourra m'dire qu'ils ont bien vécu, qu'ils se sont gentiment endormis .

C'est vrai, tout cela est vrai . Comme l'absence, comme la peine, comme le vent qui souffle entre nos côtes.

C'est vrai !

 

C'est novembre . ...et c'est un peu lourd, parfois

aaah , l'indicible aura des études !

Publié le 20/10/2010 à 08:22 par lireetacrire Tags : amis chez danse bande enfant
aaah , l'indicible aura des études !

Il parait que pour exercer certains métiers, il faut avoir fait des études .

Il parait, hein ...

Loin de moi, évidemment, l'envie dévorante et presque bestiale de tirer dans les pattes de l'éducationale et de rabaisser ses sbires au rang de troupeaux de brebis branlantes, anônant des conneries à longueur de génération , bien évidemment .

Vous me connaissez .... D'autant plus que dans ces rangs , cachochymes et toussotants, cardiaques et hystériques, se trouvent parmi mes meilleurs amis !

 

( non, ça , c'est une grosse connerie ! )

 

Je dois quand même l'avouer : j'ai QUELQUES amis enseignants . Et même de la famille !

 

Croyez bien que je n'en tire aucune fierté et c'est bien parce que vous êtes des intimes que j'ose à vous le dire, bien sûr . Sans quoi ... je garderais sur l'affaire un silence pudique, empli d'une retenue bien naturelle et lorraine . Chez ces gens là , on ne dit pas qu'on a des potes profs !

 

Bref , en un mot comme en cent, il paraitrait qu'il faut avoir fait des études .

 

Moi qui n'en fis pas, ô rage ô désespoir de mes parents , et enseignants ( quelle clique décidemment, ils sont partout , ils nous surveillent ! ) je me penchai donc avec une avidité mal dissimulée sur ce no man's land.

Qu'est ce donc, me fis je par devers moi ! ?

 

Eh bien, tenez vous bien, amis incultes comme moi , des études , c'est un ensemble d'exercices et de données à intégrer à votre disque dur perso , de façon à être capable d'exercer un métier dans les meilleures conditions avec un professionnalisme digne ........de la profession !

Les études donc serviraient à accumuler ( oui, comme les strates des Vosges ) des connaissances qui permettraient de maîtriser et non d'approcher ou d'approximer, les domaines INDISPENSABLES à un futur métier .

 

En gros ( quoi , y'a pas de gros ici ?? ) en un mot comme en cent : un plombier apprend la plomberie.

Evidemment, vous ricanez, vous gloussez et vous vous tapez les cuisses en raillant, imprudents déments, mon manque de discernement .

 

Car enfin, vous dites vous .. car enfin, tout le monde le sait !

 

Hélas, triple hélas ! J'ai encore une fois donné libre cours à un vice personnel dont je ne sais me défaire : j'ai cédé à la facilité !

Tout ceci pour dire que évidemment un plombier doit apprendre la plomberie , il en va de même pour tous les corps de métier .

 

Je cite , ô hasard : président du club de rugby, prof de danse, prof d'anglais, prof de français, prof de grec, prof de génie mécanique, prof de country, prof de production , prof de .......

 

oooh, je vous entends, bande de pouilleux, vous allez dire que je n 'aime ni les présidents de club de rugby ni les profs !

Eh bien, détrompez vous car il y a des tas d'autres gens que je n'aime pas !

 

Eh bien, moi, quand je dis qu'un môme qui glandouille à l'école, qui finaude, qui cache, qui slalome entre les poésies pas apprises, les leçons oubliées et tous les trucs qu'il n'avait pas envie de faire , il n'a peut être pas besoin de faire d'études pour entourlouper l'adulte qui LUI en a fait , des études qui estime, devant autant de lacunes ( oui , des lacunes mais de quel côté !?? ) , que cet enfant, ce lutin énervé, ce petit salopard de huit ans , tout juste bon à porter une salopette et des traces de chocolat sur les joues , ce petit là, messieurs mesdames mesdemoiselles, amis sportifs , a des problèmes d'apprentissage !

 

J'en veux pour preuve, me dit l'enseignante incriminée, mon diplome ( plome !!!! mince, encore ce tic de facilité ! ) et les confusions répétées et inquiétantes entre ............. roulements de tambour ......... V et F !

 

Merde, me dis je tout de go , persuadée que personne n'entendrait !

Merde, me redis je !

Mais merde alors , ça n'incite pas à leur faire faire des études, quand même !

 

Alors , n'oubliez pas la parole du grand singe : science sans conscience n'est que ruine de l'âme !!

 

Première page | <<< | 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 | >>> | Dernière page


DERNIERS ARTICLES :
parlez moi de la pluie ... !!!
Alors , z'avez remarqué, comme moi , ... FAIT beau ! Enfin, beau .. Chaud , soleil , chaleur, tutti quanti .. Bref.. la grosse bringue , là haut .Or, il se trouve que m
cou'dure!
Figurez vous que nonobstant un soin très personnel de mes jeans, le mien, celui qui colle à ma peau et qui m'va comme un amant idéal, celui que j'aime et qui m'aime et qu
BRIEY , poésie pour tous !
une initiative de la mairie de Briey , en lorraine, pour les poètes aguerris ou baguenaudants !   A tous !   N'hésitez pas à poéterplus haut que votre cul!
ce qui devait être fait .....
voilà ... c'est arrivé .. encore une fois! ça n'est pas la première fois ... ça arrivera encore, je crois. Y'a des choses comme ça , y'a des moments comme ça , y'a des g
Avec, c'est mieux !
alors ,voilà , j'ai un problème, je crois bien que je l'aime .... Finalement, avec , c'est mieux !   J'ai retrouvé au fond de mes tiroirs, un truc .. qui marche par deux
forum